Accueil

Nouveau gouvernement fédéral : la raison va-t-elle triompher ?

par Marcel Jehaes, Président CBB

& Peter Haegeman, Secrétaire général CBB

Enfin, après 16 mois d’attente et de rebondissements divers, nous avons un gouvernement fédéral à part entière. Bien sûr, il devra traiter un très large éventail de domaines politiques, mais en tant que CBB, nous attendions bien sûr avec impatience ce qui serait décidé sur l’agriculture, l’environnement et la biodiversité.

Dans les plus de quatre-vingts pages de l’accord de gouvernement, nous avons trouvé quelques paragraphes aux intentions à la fois optimistes et assez vagues.

Par exemple, le gouvernement fédéral, en concertation avec les régions, veut aligner sa stratégie nationale en matière de biodiversité sur les plans européens dans ce domaine et aussi sur le Green Deal. Indépendamment du contenu de ces derniers, nous sommes heureux de constater que la Belgique ne souhaite pas agir différemment ou, pire encore, aller plus loin que ce que font l’Union européenne et les autres États membres. 

Nous lisons également que la Belgique veut aussi évaluer les accords commerciaux européens en fonction de l’impact négatif qu’ils ont sur les partenaires commerciaux. Lorsqu’il s’agit d’imposer des normes environnementales et de durabilité à cet égard, il est difficile de penser à autre chose que la ratification actuelle du Mercosur ...

À différents endroits du texte, il est également fait référence à l’importance des connaissances scientifiques lors de l’adoption de positions dans les dossiers. C’est le cas, par exemple, de la sélection végétale et des cultures génétiquement modifiées (OGM). La CBB se félicite du fait qu’un choix très explicite ait ainsi été fait pour objectiver les débats sur les produits phytopharmaceutiques (voir aussi le passage de l’accord de coalition dans l’article en-dessous de l'éditorial dans Le Betteravier sur la jaunisse virale).

Il est en effet trop facile d’interdire les produits de protection de cultures sur une base idéologique, sans tenir compte de la disponibilité des alternatives. Il est inacceptable que les fournisseurs de notre alimentation, qui sont aussi les meilleurs gardiens de notre autonomie alimentaire européenne, soient simplement laissés pour compte. L’accord de coalition ouvre d’autres perspectives et préconise la concertation, en vue de la compétitivité des entreprises (agricoles) belges ainsi que la stimulation de l’innovation.

La première épreuve décisive du ministre Clarinval aura lieu dans quelques semaines lorsque le dossier d’autorisation d’urgence des néonicotinoïdes en 2021, pour lequel l’IRBAB a présenté un argumentaire fondé, arrivera sur son bureau. Il pourra alors, à court terme, donner aux producteurs de betteraves la possibilité de lutter contre la jaunisse virale car d’autres moyens de lutte ne seront disponibles qu’à plus long terme. Dans un certain nombre de pays voisins, comme la France, le gouvernement a déjà compris ce message et nos collègues français peuvent espérer une dérogation plus en phase avec la réalité du terrain.

Alors que nous renouvelons et intensifions nos contacts sur cette question cruciale de lobbying, nous vous souhaitons, ainsi qu’à nos partenaires de l’industrie sucrière, une bonne continuation de la campagne !

 

 

 

Pour consulter la dernière édition du Betteravier, cliquez ici.

 

Pour consulter le dernier communiqué de presse de la CBB, cliquez ici.


 


Espace Membres