Accueil

Les situations complexes appellent des réponses courageuses

par Peter Haegeman, Secrétaire-général de la CBB

 

Au moment où j’écris cet éditorial, le temps chaud invite à se reposer et à se détendre. Mais les apparences peuvent être trompeuses. Les travaux sur le terrain se poursuivent sans relâche. Et peut-être qu’entre-temps, vos enfants ou petits-enfants travaillent d’arrache-pied pour leurs examens.

Pour la CBB aussi, le mois de juin a été et est encore riche en actions et en activités de lobbying pour que la voix des planteurs de betteraves résonne haut et fort dans notre pays et en Europe.

Au fil des pages, le numéro du Betteravier n° 575 offre un florilège des thèmes sur lesquels nous travaillons. 

Depuis la dernière autorisation d’urgence d’utilisation des néonicotinoïdes dans l’enrobage des semences, nous avons intensifié la recherche d’alternatives plus durables. Ces recherches déjà en cours nécessiteront des personnes et des ressources supplémentaires. Nous avons posé cette question à nos différents ministres de l’agriculture. Le défi ? Veiller à ce que les produits phytopharmaceutiques dont l’utilisation est interdite ou limitée ne disparaissent pas complètement avant que des solutions de remplacement ne soient disponibles. Au demeurant, ces alternatives ne doivent pas seulement être satisfaisantes d’un point de vue agronomique. Elles doivent également être rentables, sans augmenter davantage les coûts de production des planteurs.

À cet égard, les «nouvelles techniques génomiques», dont nous parlons également en détail dans ce Betteravier, constituent une voie très prometteuse. La Commission européenne a publié un rapport dans lequel cette technologie génétique a été reconnue comme importante et précieuse, tant pour atteindre les objectifs de durabilité du Green Deal que pour rendre l’agriculture et les grandes cultures européennes plus compétitives. La Commission a l’intention d’adapter la législation si nécessaire. Espérons qu’elle osera élaborer un cadre qui nous permettra d’exploiter pleinement le potentiel de ces «NTG».

En attendant, il ne faut pas oublier que le prix de la betterave est largement fonction du prix du sucre. Depuis la fin du régime des quotas, le prix du sucre a fortement chuté, mais il s’est redressé ces derniers mois. L’article sur le marché du sucre vous donne une idée des facteurs qui pourraient jouer un rôle dans les mois à venir, à la hausse comme à la baisse. Un certain optimisme semble justifié.

Dans ce contexte de renforcement du marché, la CIBE est très active au niveau européen maintenant où l’on examine pour l’instant un ajustement de l’organisation commune du marché du sucre dans le cadre de la réforme de la politique agricole. La demande d’instruments efficaces pour intervenir dans les situations de crise, comme la possibilité d’une intervention publique dans le cas du sucre, a été clairement exprimée et se trouve également sur la table des négociations des Etats membres, du Parlement européen et de la Commission. L’Europe ne doit pas avoir peur de reconnaître les lacunes des réformes de 2017 ni de formuler des solutions pragmatiques pour y remédier. Un certain nombre de présidents d’organisations betteravières nationales, dont le président de la CBB, Marcel Jehaes, ont écrit conjointement à leurs ministres de l’agriculture pour qu’ils prennent enfin des décisions à ce sujet. Au moment de l’impression de ce Betteravier, les discussions étaient toujours en cours. 

À ces dossiers de lobbying s’ajoute une importante activité syndicale. Vos représentants, au sein des fédérations et des comités de coordination, s’affairent à finaliser le paiement de la dernière campagne et à élaborer ou ajuster les accords interprofessionnels pour 2022. Vous en saurez plus en lisant les articles à ce sujet dans ce numéro. Ou bien, vous pouvez vous informer et vous exprimer lors des premières «vraies» réunions, qui sont désormais autorisées avec parcimonie et toujours avec les restrictions nécessaires. 

Tout comme les élèves et étudiants en blocus, nous espérons que tous nos efforts ne seront pas vains et que nous pourrons récolter ce que nous avons semé...

 

 

 

 

 

Pour consulter la dernière édition du Betteravier, cliquez ici.

 

Pour consulter le dernier communiqué de presse de la CBB, cliquez ici.

Espace Membres