Accueil

« Le roi est mort, vive le roi »


par Mathieu Vrancken

 

C’est la dernière fois que je m’adresse à vous dans cet édito car mon mandat en tant que président de la CBB s’est achevé le 6 septembre dernier. Après un mandat de 4 ans, c’est Marcel Jehaes qui reprend le flambeau pour défendre nos intérêts. Marcel étant un homme de réflexion, d’engagement et de consensus, je suis convaincu qu'il sera l’homme de la situation. Je lui souhaite bonne chance et succès pour la prochaine période. Pour ma part, je voudrais tous vous remercier pour votre coopération au cours de ces quatre années et j’ose espérer avoir pu contribuer à répondre à vos attentes.

On doit s’attendre à une campagne betteravière exceptionnelle. Selon les prélèvements effectués par l’IRBAB au début du mois, les rendements en racines et en sucre estimés ne peuvent qu’aboutir à une production en sucre record. C’est une bonne nouvelle mais le revers de la médaille, c’est que nous sommes partis pour une longue voire très longue campagne. Croisons les doigts en espérant que tout ira bien.

Une autre mauvaise nouvelle est qu'en Europe, on prévoit une offre de sucre excédentaire. Ce n’est pas difficile à comprendre quand on sait que les emblavements en betteraves ont augmenté de 17% cette année. Cette augmentation des surfaces, combinée aux rendements record, va entraîner une offre massive de sucre sur un marché qui n’est plus régulé par l’ancien régime de quotas. Au cours des deux dernières années, dans les négociations sur les nouveaux accords interprofessionnels, les représentants des planteurs ont régulièrement rappelé que la combinaison du nouveau régime sucre européen avec l'envie débridée des fabricants à contracter davantage de livraisons de betteraves risquait d’avoir des conséquences catastrophiques sur le prix du sucre, par comparaison avec le «scénario du lait». Et le fait que dans le reste du monde, d’excellentes récoltes de sucre soient également prévues ne fait qu’empirer le problème. Tous – en tant que producteurs de betteraves, fabricants de sucre, mais aussi responsables politiques – nous devons tirer les conclusions nécessaires et adéquates.

Un prix de betterave qui ne couvrirait pas les coûts de production n'est en aucun cas «durable». Certainement pas pour les planteurs de betteraves, ni pour les fabricants de sucre à l’avenir.


Reprise du flambeau


par Marcel Jehaes, Président de la CBB

 

Changement de Président ou plutôt passage du  flambeau que me confie Mathieu qui, pendant quatre ans, l’a porté avec compétence et dynamisme. Un grand merci à Mathieu et aussi à Valérie notre secrétaire générale qui nous quitte et rejoint le team belge de chez Bayer.  Vu la conjoncture betteravière actuelle très difficile, les planteurs espèrent que leur nouveau président sera l’homme providentiel qui va tout bousculer et leur rendre la juste rémunération de leur labeur et de leurs investissements. Je n’ai pas la prétention d’être cette personne, mais j’ai la profonde conviction que tous ensemble, de façon solidaire, on peut améliorer substantiellement notre sort et ce, à tous les niveaux de notre organisation syndicale et jusqu’ au plus petit planteur. Je travaillerai avec acharnement avec le bureau de la CBB pour servir l’intérêt général de la profession. Je tiens à préciser que l’intérêt général  n’est la simple addition des intérêts particuliers de chacun mais la résultante qui assure la durabilité du beau et noble métier de betteravier. Je crois solidement en notre avenir et en celui de nos enfants. Sachez que la CBB n’est pas une tour de Babel mais votre outil de défense. En cas de difficulté ou d’incompréhension n’hésitez pas à joindre nos différents présidents et leurs secrétaires ;  ils sont là pour vous aider.  Et si nos exploitations betteravières sont diverses ainsi que les régions de production, ceci ne doit pas être considéré comme une difficulté mais plutôt comme un atout. A tous je souhaite une campagne sans encombre et la plus productive possible et merci d’avance pour votre confiance.

 




Pour voir notre offre d'emploi pour le poste de Secrétaire Général, cliquez ICI.

Pour consulter la dernière édition du Betteravier, cliquez ici.

Espace Membres