Accueil

Quand durabilité et principe de précaution ne convergent pas

par Peter Haegeman, Secrétaire général CBB

“Les betteraviers belges pourront utiliser des pesticides interdits par l’UE”. Ce titre figure dans le journal économique ‘L’Echo’ au-dessus de l’article rapportant que le Conseil d’État n’avait pas suspendu en extrême urgence les autorisations 120 jours pour l’utilisation des néonicotinoïdes (NNI) en Belgique.

Mon intention n’est pas de dire aux journalistes ou rédacteurs en chef comment faire leur travail mais ce titre simpliste donne clairement le ton et je ne peux que regretter - une fois de plus – que le sujet fasse la une de l’actualité de cette manière.

En effet, sur la base d’un dossier bien fondé, la filière Betteraves-Sucre belge a été autorisée par le SPF Santé publique à semer des graines traitées aux NNI. Le fait que le Conseil d’État n’estime pas nécessaire de suspendre l’autorisation jusqu’à ce qu’une décision soit prise sur le fond renforce ma conviction que le dossier n’était pas totalement suspendu ... 

Rappelons que cette autorisation n’est pas un chèque en blanc. Elle s’accompagne de toute une série de restrictions visant à limiter les risques liés à l’utilisation des NNI, sur la base du “principe de précaution”. En vertu de ce principe, cela signifie que les risques possibles sont réduits au minimum. Le mot “possible” étant ici crucial car il n’y a pas de réponse définitive aux allégations d’effets négatifs des néonicotinoïdes en culture betteravière.

En raison des restrictions sur les cultures après la betterave, de nombreux planteurs ont décidé l’an dernier, et cette année encore, de ne plus utiliser de semences enrobées de NNI.

Rappelons aussi qu’il ne s’agit pas non plus d’un traitement de faveur gratuit mais d’une nécessité. Ce traitement des semences permet de protéger la betterave contre les conséquences potentiellement désastreuses de la jaunisse virale.

Le fait que l’utilisation limitée des NNI n’ait finalement pas conduit à une recrudescence de la jaunisse est lié, entre autres, aux conditions météorologiques de 2019. Vu les caprices de la météo, il n’est pas certain que nous aurons autant de chance cette année ...

Dans notre pays, la culture de la betterave est, en raison de notre situation géographique et de notre climat, extrêmement sensible à la jaunisse. Le fait que l’Europe ait interdit les néonicotinoïdes tient aussi au fait que dans de nombreux États membres, ils ne constituent pas un produit de protection essentiel pour la betterave.

Si nous, Belges, tenons tant à l’utilisation des NNI, c’est aussi parce que les traitements alternatifs, à savoir la pulvérisation foliaire, beaucoup moins ciblée, doit être répétée, est moins efficace, moins sûre pour l’utilisateur et plus coûteuse.

A ce propos, dans le journal 'De Standaard', 447 jeunes scientifiques flamands ont appelé les politiciens européens à revoir les réglementations concernant la génétique des plantes. Le but n’est pas un débat idéologique sur l’intérêt de déréglementer ou pas. L’important, c’est de garantir la possibilité d’alternatives durables en cas de disparition ou de suppression de certaines substances actives. Or, la sélection des semences et l’amélioration des plantes prennent du temps ...

La CBB est bien consciente de la pression sociale pour utiliser moins de produits phytosanitaires, dont les NNI. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit : nous n’utilisons plus qu’un tiers des quantités que nous utilisions il y a 30 ans. Prendre de nouvelles mesures ne prendra pas seulement du temps, mais surtout davantage de ressources pour la recherche et le développement d’alternatives durables.

La lecture des journaux au cours des dernières semaines a été très instructive. Je vous souhaite également une excellente lecture de ce numéro du Betteravier. Et surtout, j’espère que tous, vous pourrez semer les betteraves dans des conditions optimales dans les semaines à venir !

 

Vous trouverez les prix moyens des graines de betteraves pour la campagne 2020 en cliquant ici.

Pour consulter la dernière édition du Betteravier, cliquez ici.

 


Espace Membres